On peut toujours écrire, On peut toujours lire...

Les souvenirs font du bruit ce soir

Roberto Ferrucci - Du 17 avril au 1er mai - Proposition 1

Accueil > Écritures libres > Les souvenirs font du bruit ce soir

dimanche 3 mai 2020
par M. Duplaà, professeur au lycée Louis Armand d'Eaubonne


Les souvenirs font du bruit ce soir

Mais le futur, après tout ça, pourra-t-il vraiment être comme avant ?

Texte proposé par Saralay T., 1ère HLP

Les souvenirs font du bruit ce soir. Il y a dans le cœur une maladie, dont les charmes percent les joies de l’âme. Les liqueurs firent nos consolations, puisque cette peine personne ne s’en occupera il nous faut tuer l’ogre de nos vies.
Quelle est cette voix qui s’élance ? Cette mélodie incendiée ? Ces souvenirs ont épuisé mon cœur, et ces plaies n’ont jamais guéri. Les esprits se délabrent à l’évocation de ce monstre gisant dans nos poitrines, celui que l’on nomme si bien ; le passé. La nuit se déchire, ce monstre s’en ira-t-il un jour ? Effrayée par ce que le jour suivant a à m’offrir, mon chagrin se met à suffoquer cette peur est inouïe. Qu’a donc le futur à m’offrir ? Les Ténèbres, les ténèbres, ce poids m’accable, et s’approcher de cet avenir incertain brise ma conscience. Dois-je accepter que le temps évolue, et de voir ces souvenirs s’enterrer ? Les cœurs sont tatoués de délits, le futur fait écho tandis que les souvenirs me tiennent en laisse. Le passé saisit mes espoirs et en fait des cendres. Quel est ce jour qui se met si soudainement à éclairer la pénombre de ma vie ? Cet éclat acceptera-t-il le fardeau que porte ma conscience ? Ce rêve abattu, cet espoir inaltéré et ce destin bâclé ?
L’aube naissante n’écoute guère les refrains mélancoliques d’une histoire passée. Avoir la bravoure d’accepter ce qui est et rejeter ce qui n’est pas. Les faits nous immolent, les faits nous achèvent et on les nie. Cette nuit, j’ai donc rêvé de la fin de ce cauchemar. Le Soleil ne nous fera plus de l’ombre, j’ai pris ce passé dans mes bras puis je l’ai détesté. Cet enfer doré a teint ma vie des mauvaises couleurs.
Les souvenirs font du bruit ce soir, j’ai choisi de les oublier : voilà ma lettre d’au revoir, d’adieu. Ce crépuscule, cette aube naissante, ce nouveau jour, ainsi ma nouvelle vie m’accueillait.

Le futur ne sera plus jamais comme avant mais le passé n’existe désormais plus.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?